Normandie Vol Libre

Retour d’expérience stage de pilotage en milieu aménagé

samedi 27 avril 2019 par AlexisD

1. Mes motivations :
- Mieux connaitre ma nouvelle aile notamment sa plage de domaine de vol normal.
Je suis passé d’une aile "EN C" classique sans jonc ni « shark-nose » allongement modéré 5,99-4,47 à une aile "EN C" avec joncs + shark-nose et un "fort" allongement 6,4-4,7.
- progresser et maintenir un "bon" niveau de sécurité active.

2) Mon choix de l’école :
- par commodité, pourquoi faire 7 à 8h de route ?
- pour l’environnement "technique », le treuil est un réel gain d’efficacité :
• pas de navette,
• 15 secondes après la treuillée, on est déjà dans l’exercice,
• on profite plus facilement des vols des copains (car pas de pliage, ni de montagne qui empêche de voir, ni de décollage surchargé).

3) Qu’est-ce j’y apprends ?
- la maitrise du tangage : 100% des incidents de vols, 100% des figures d’acrobaties, commencent ou se terminent par un mouvement de tangage.
- l’identification d’un départ en auto-rotation et la gestion de son « contre » - le pilotage (virage dynamique)
- la sécurité technique en descente rapide, en manœuvre d’évitement, etc.)
- la gestion d’ une situation afin d’éviter une cascade d’incidents et/ou savoir s’en sortir
- la connaissance de mes peurs, de mes faiblesses, les travailler.
- la connaissance de mes points forts
- la sortie de ma zone de confort et ma mise en sécurité
- la sortie de ma zone de confort et ma mise en difficulté, d’échec, de doute afin de progresser.

4) Qu’est-ce que j’y gagne ? :
- la connaissance de mon pilotage "hors" domaine de vol, en gardant en mémoire qu’ il y a bien une différence entre un incident provoqué et un incident subit.
- la connaissance du domaine de vol de mon aile.
- la prise de conscience du potentiel d’amélioration de mon pilotage dans le domaine de vol.
- l’acquisition des exercices/axes de travail à réitérer hors du milieu aménagé.


5) Mes retours (qui n’engagent que moi).

Le pilote qui cherche des réponses à « Pourquoi je vole, je n’arrive pas à progresser et je ne comprends pas pourquoi ?" sera presque toujours déstabilisé par ce type de stage.
Les réponses ne sont que "techniques" et de permettent qu’une auto-évaluation sur sa capacité à gérer le stress. Ce point me semble très important pour des vols dans tout type d’aérologie.
Je suis sorti de ce stage plus fort psychologiquement.
- Les vols étant "intensifs" il faut donc être réellement autonome au décollage, et surtout à l’atterrissage. Les exercices étant déstabilisants, il faut rejoindre la terre ferme sans assistance et il n’y a pas de droit à l’erreur
- Je recommande pour un stage au Lac de Lery-pose), de réserver le logement sur place (les chalets), afin d’éviter de prendre la route et de rester dans l’ambiance. Extérioriser ses émotions entre pilotes ets un bon moyen « d’évacuer ».
- En tant que commandant de bord, je recommande, en cas de fatigue, de refuser l’exercice que propose l’instructeur.

6) Ma conclusion

Avec le recul, je pense que ce type de stage est bien ciblé pour un pilote qui ambitionne d’obtenir son « Brevet de Pilote Confirmé ».
Par exemple il ne faut pas être angoissé par la prise d’altitude... Car les exercices démarrent avec 600m de hauteur.

Une vidéo de ce stage. Certaines de ces manœuvres, par exemple le décrochage, sont rarement réalisées lors d’un premier stage.
La progressivité des exercices chronologiques n’est pas explicite dans cette vidéo (il faudrait au moins 10mn de vidéo, ce qui n’apporterait que peu d’intérêt).


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 750401