Normandie Vol Libre

Samedi 27 septembre, magique

jeudi 2 octobre 2008 par Sylvain B.

www.windguru.cz , ce site de prévision météo est la première action de ce samedi matin.

Il est 8 heures le soleil commence son ascension, un petit frisson dans le dos m’indique que ça doit cailler dehors.

Dépêche-toi saloperie d’ordinateur, ah voila c’est confirmé.

Vent merdique jusqu’à 15 heures puis est-nord-est , puis nord-est, 17 km/h, grand soleil.

Bon pas la peine de réveiller les copains parapentistes, on ne va pas s’affoler, j’estime le bon créneau vers 17 heures.

Je vais enfin pouvoir m’occuper du bricolage qui traîne depuis 3 semaines.

Il est maintenant 11 heures, le 4ème appel à la balise confirme les prévisions.

J’ai bâclé les travaux, je prévois une petite sieste d’après-manger et de prendre la voiture vers 15 heures.

Je me tourne et retourne dans mon lit, le sommeil n’arrive pas, il est 14 heures, hop un petit coup à la balise (est -nord-est 7km/ 15 max), c’est encore faible, je craque, j’enfourne la clio.

Sur la route que je connais par cœur, je sais exactement à quel moment je verrai les premiers parapentes, s’ils sont en l’air... rien (ouf).

Je m’approche de la pente école, une demi douzaine de voitures sont déjà là.

Quelques cycles thermiques donnent l’espoir d’une bonne journée qui risque d’être longue.

Ça catouille en l’air et ce ne sont que des ploufs, heureusement Jean-Pierre, notre Président arrive pour nous former sur la bonne méthode.

« Tu grattes au plus près des arbres, tu rentres dans la trouée, tu tournes le pied à fond sur le frein, sinon tu ne passeras jamais !! »

Je m’applique à suivre la leçon et je commence à prendre un peu d’altitude, c’est très stressant car on a le cul sur la forêt.

Pendant ce temps, les voitures s’entassent sur le parking, et Daniel fait des ronds dans l’air avec son delta.

A chaque fin de cycle, nous voilà sur le plancher des tiques, Alexandre qui part du venturi, arrive à tenir, ça nous donne du baume au cœur.

16 h, les cycles sont de plus en plus longs, ça commence à voler et à enrouler de partout.

C’est mon but aujourd’hui, enrouler au moins un thermique, sans être aidé du hasard ou d’un moniteur.

Le problème c’est la hauteur, si j’enroule et que ça plombe ...

Heureusement j’ai un vario, et je me dis que s’il bipe pendant que je tourne, ça va le faire, allez hop je tourne.

Ça marche, je recommence et je recommence, j’ai le sourire jusqu’aux oreilles, je suis maintenant suffisamment haut pour suivre J-P et aller du coté du venturi.

« Sylvain sort de là , sort de là. »

Merde c’est à moi qu’on en veut, qu’est ce qui ce passe , je suis à la verticale de la zone de rouleaux du site venturi, mais à une hauteur qui me semble suffisante.

Je dégage, et me pose quelque minutes après , là je prend une leçon non prévue au programme, celui de la zone à risque quelque soit la hauteur.

De temps en temps une petite claque derrière la tête me rappelle que je n’ai que 6 mois de pratique et que j’ai encore beaucoup à apprendre, merci JP, j’ai bien fait de ne pas m’éloigner de lui.

Bon je profite que le vent se redresse un peu pour repartir, ça enroule à tout vas, j’ai bien pigé le truc, je repasse coté pente école.

Là, je vois les 3 compères : Sylvain , Jean pierre et Daniel entrain de se tirer la bourre dans un thermique au dessus de Bures, je pars les rejoindre.

Arrivé sur place (je suis lent) , Daniel est barré de l’autre coté (il est rapide)

Sylvain indique à la radio qu’il n’y a plus rien et J-P fait du rase motte, je fais demi-tour.

Je m’en retourne au dessus de la pente école, j’ai repéré un bon coin à thermiques, seulement je ne suis pas le seul et ça klaxonne .

J’attends mon tour pour enrouler , et ça enroule, enroule, enroule, j’ai la tête qui tourne 200, 300, 400, 500 mètres. Je discute avec ma voile, brave fille.

Autour de moi il n’y a personne, en dessous il y a des parapentes un peu partout, ils mesurent 2 cm, c’est magique.

Je n’ai aucune appréhension, je profite du paysage, j’ai l’impression de pouvoir aller où je veux, tant les distances me semblent ridicules, l’horizon fait une courbe, j’ai l’impression de quitter la planète.

A un moment je me rappelle que je n’ai toujours pas de parachute, je chasse vite fait ses images de catastrophe, je dois garder l’esprit clair et positif.

Ma voile école qui semble heureuse, l’a bien compris, et amortit tout ce qui passe.

Je regarde sous le vent dans le cas d’un hypothétique départ en cross. Il y a une forêt à passer avant d’arriver sur le plateau des grandes ventes, j’aurais aimé le faire avec une personne aguerrie, mais je suis seul.

Je jette un œil interrogateur vers Daniel qui est maintenant posé, son delta ressemble à un pins, mais j’imagine qu’il n’ a pas la vue aussi perçante, car aucun conseil ne vient.

A force d’attendre , les parapentes grossissent, pas parce qu’ils montent mais parce que je descends, je vise la pompe qui a si bien marché, et de nouveaux je me retrouve dans le trafic.

Je sais où se trouve le thermique et je souris quand je vois les gens le traverser sans voir qu’il est là.

C’est à mon tour, je ne le rate pas , j’enroule j’enroule j’enroule 200,300,400,500 mètres, peut être plus, (j’ai oublié de régler mon vario).

La fin de journée arrive et je commence à avoir froid , je propose à ma voile une balade en direction d’Osmoy face au vent, elle est d’accord.

Je n’ai plus de thermique, le premier champ susceptible de générer une pompe est à 500 mètres , mais je n’avance pas vite et je tombe 400, 300...

Je me donne jusqu’à 200 avant de faire demi-tour, je n’ai pas envie de marcher.

Je pense que le fait de vouloir revenir à ma voiture est un frein à ma progression, mais bon je n’ai pas de récupérateur.

200 toujours rien, le champ est à 200 mètres , tant pis je fais demi-tour, plein gaz.

J’arrive à récupérer le venturi et je me pose, là je me fais traiter de branleur par J-P, j’m’en fout j’ai la banane.

Un dernier vol pour poser sur la pente école, là où j’ai mis ma voiture .

Ce soir je n’aurai pas de mal à dormir.

Magique.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 614347